Semerap-home

Aide humanitaire

La SEMERAP, partenaire et solidaire de l’association Vivre en Brousse au Sénégal

Logo de l'association "Vivre en brousse" Logo de l'association "Vivre en brousse"

Dans le cadre de la loi 2005-95 du 9 février 2005 (dite loi Oudin) autorisant la coopération internationale des collectivités territoriales et des agences de l’eau dans les domaines de l’alimentation en eau et de l’assainissement, la SEMERAP, les syndicats intercommunaux Sioule et Morge et Basse Limagne, l'agence de l'eau Loire Bretagne, SEMIDAO, l'Ambassade de France au Sénégal et l'Agence Française de Développement soutiennent l’association loi 1901 "Vivre en Brousse".

Cette association, dont le siège social est à Paugnat (63), animée par sa présidente Martine Moy, et parrainée par le rugbyman Aurélien Rougerie, travaille dans 10 villages du Sénégal depuis 2005.

Uniquement financée par des dons et des subventions, elle intervient aussi bien dans le domaine de l’éducation (construire, équiper, faire fonctionner des écoles) que dans celui de l’eau : amener l’eau dans les villages grâce à des forages de puits (75 puits à ce jour répartis sur 5 villages), mise en place de 38 fontaines, construction de 11 châteaux d’eau (dont 1 de 50 m3 et 10 de 20 m3). A ce jour, 13 forages (de 30 à 140 mètres de profondeur) dont 5 équipés en pompage solaire et 2 avec pompe manuelle ont été réalisés.

Plus de 18 000 personnes sont concernées par ces programmes de développement.

Ces actions ont considérablement amélioré la vie dans ces villages : les fontaines ont allégé le travail des femmes et des jeunes filles en les libérant de la corvée de l’eau ainsi que celui des jeunes garçons en charge de l’abreuvage du bétail. Des périmètres maraîchers ont été créés, qui offrent maintenant des récoltes vivrières tout au long de l’année. De plus, l’accès facile à l’eau permet une meilleure hygiène et éloigne ainsi certaines maladies.

Fontaine_2 Maraichage Chateaudeau

Des techniciens de la SEMERAP sont allés sur le terrain pour conseiller et superviser les différents chantiers, du premier coup de pelle jusqu’à l’arrivée de l’eau potable dans les villages. Ils ont également formé le personnel sénégalais à l’entretien de ces installations, le rendant ainsi autonome pour leur maintenance.

Ces différentes réalisations n’auraient pas pu voir le jour sans ce soutien humain, mais aussi sans le soutien financier de la SEMERAP et des syndicats Sioule et Morge et Basse Limagne, de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne ainsi que d’une autre SEM d’eau, la SEMIDAO basée en Isère.

Le 13 septembre 2011, l’association s’est vu décerner le trophée de l’Eau qui récompense des actions ou des démarches exemplaires répondant aux grands enjeux de l’eau.

Pour contacter Vivre en Brousse ou se tenir informé des projets en cours :

La SEMERAP partenaire et solidaire de l’association H2O sans frontières

Logo de l'association "H2O sans frontières" Logo de l'association "H2O sans frontières"

Dans le cadre de la loi 2005-95 du 9 février 2005 (dite loi Oudin) autorisant la coopération internationale des collectivités territoriales et des agences de l’eau dans les domaines de l’alimentation en eau et de l’assainissement, la SEMERAP, soutient l’association loi 1901 "H2O sans frontière".

Le siège de cette association est située 27 Rue de la Garde, 63110 Beaumont.

Ses objectifs : 

L’enjeu de l’eau ne peut être évalué qu’au moyen d’une bonne connaissance des données environnementales, économiques et culturelles.
C’est pourquoi l’information auprès de tous doit être une priorité.

Le festival de l’eau se propose d’être un lieu d’information où chacun, suivant sa spécialité, puisse s’exprimer librement. La diversité des thèmes abordés sur l’eau permet d’intéresser un très large public.

Le festival de l’eau devient ainsi une vitrine incontestable pour démontrer l’importance de l’eau dans quelque domaine que ce soit. 

L’Eau bien commun est un sujet passionnant car source de toutes vies qui nécessite une prise en compte collective irréprochable. Cette eau est également passionnante par le nombre et la diversité des acteurs concernés. Elle  représente par ce fait une potentialité rassembleuse exceptionnelle du local à l’international.

Partout, l’eau ne sera bien gérée au long cours que si nos systèmes éducatifs et de sensibilisation conduisent à une citoyenneté compétente et responsable. Des ingrédients  sont à intégrer dans ces systèmes éducatifs et de sensibilisation, particulièrement : la conscience collective, le partage du savoir, la notion de patrimoine commun, la réduction de l’individualisme et de la compétition, la sobriété, l’abandon de l’anthropocentrisme de l’homme négligeant trop souvent les autres formes de vie, le rejet de la seule attente de l’immédiateté comme rythme de vie, le raisonnement en terme de pourquoi avant celui du comment, la connaissance de la culture de l’autre…

Ces éléments nous semblent utiles non seulement dans le cadre de l’eau, mais aussi pour ce qui est de l’ensemble de la prise en compte de l’environnement et du développement durable. Ils nous semblent également indispensables à bien d’autres multiples aspects de nos sociétés.

Notre intérêt pour l’eau dépasse donc son seul aspect physique et matériel. Il s’agit d’une préoccupation sociétale qui nous parait importante à intégrer à la vie collective.

Nous nous adressons à l’ensemble des populations, particulièrement aux scolaires et aux étudiants.

La connaissance de la culture de l’autre nous apparaît indispensable. A cet effet, nous menons des initiatives de coopération basées sur des liens de symbiose entre nos populations et celles de communes de la région du centre ouest du Burkina Faso. Nous vivons sur notre village terre où le développement d’une conscience collective passe par la complémentarité de tous.

C’est sur ces bases que nous faisons en sorte de mener nos initiatives.

Pour contacter l'association H2O sans frontières ou se tenir informé des projets en cours :