Img_0113

Notre démarche qualité

La SEMERAP a pour volonté d’assurer un service quotidien et continu, notamment par une permanence 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

La mise en place de la démarche qualité

Consciente qu’elle ne préservera sa position qu’à condition d’exceller dans sa différence c’est-à-dire : qualité du service, proximité, disponibilité, transparence, réponse à l’attente des collectivités et des usagers-clients, la SEMERAP, voulant être certifiée, a entamé une démarche qualité ISO 9002 - version 1994 - (obtenue en février 2001).

Afin de se conformer aux évolutions des normes en vigueur, la SEMERAP a passé avec succès son audit de renouvellement de certification suivant le référentiel ISO 9001 en octobre 2003, puis a été renouvelée régulièrement dans sa certification pour des périodes successives de 3 ans, la dernière faisant suite à un audit externe du LRQA réalisé en novembre 2012.

Les exigences de qualité que requiert son métier ont rendu indispensable une telle démarche dont les objectifs essentiels sont :

  • la valorisation de l’image et du professionnalisme de la société ;
  • l’amélioration constante du service aux clients (collectivités & usagers-clients) ;
  • l’attention et l’écoute que l’on doit porter à ses partenaires et à ses interlocuteurs ;
  • l’accroissement de sa technicité par une formation continue du personnel à tous les niveaux ;
  • l’augmentation de sa productivité en réduisant, non pas la qualité, mais ses délais d’exécution et de facturation sans négliger la mise en concurrence de ses fournisseurs et de ses prestataires pour obtenir, sans altérer le produit et le service, des conditions tarifaires préférentielles,
  • la diffusion de l’information nécessaire et utile pour la bonne marche de la SEMERAP :

En interne entre le personnel, entre les services, entre les sites ;

En externe en direction des collectivités, des usagers-clients, des organismes divers, etc…

L’obtention de la certification ISO 9001, en impliquant l’ensemble du personnel dans cette démarche, exprime bien la volonté pour la SEMERAP de répondre aux attentes de ses clients et de les satisfaire ainsi au mieux, qu’ils soient collectivités  et/ou particuliers.

Cover20160115-7137-mahofn Certificat_LRQA_(couleur).pdf

Tous les deux ans, la SEMERAP réalise en alternance, par l’intermédiaire d’un organisme indépendant d’elle, une enquête qualité auprès de ses deux types de clients que sont les usagers du service d’une part et les collectivités contractantes d’autre part.

La sécurité

De nouvelles tenues de travail pour le personnel De nouvelles tenues de travail pour le personnel

Afin de prévenir tous les accidents inhérents à la gestion des ouvrages qui lui sont confiés, le personnel exploitant de la SEMERAP dispose de plusieurs Equipements de Protection Individuelle (EPI).

Voici une liste non exhaustive de ces EPI :

  • Détecteur de gaz MX4 iQuad (02, H2S, CO et gaz combustibles) : cet appareil de détection de gaz toxique permet de contrôler l’atmosphère en cas de nécessité lors des interventions dans les postes de relèvement. Dans la mesure où de l’air est détecté comme vicié et dès lors que l’aération naturelle ne peut pas suffire à rétablir une atmosphère correcte, il est nécessaire de mettre en œuvre une ventilation mécanique.
Détecteur multi-gaz Détecteur multi-gaz
  • Appareils de contrôles électriques (V.A.T., multimètre…)
  • Gants (isolants < 1000 Vac, cuirs et jetables latex)
  • Tripode, harnais, stop-chute
  • Gilets de sauvetage (pour les travaux sur des ouvrages tels que bassin d’aération ou clarificateur)
  • Vêtements de protection (loués à un prestataire de service et lavés de façon hebdomadaire dans le cadre du contrat de location, vêtements contre la pluie et le froid, baudrier réfléchissant pour les travaux empiétant sur la voie publique)
  • Casque de protection contre les chocs mécaniques et arcs électriques, chaussures et bottes de sécurité
  • Trousse de secours, savon et gel désinfectant, triangle de signalisation propre à chaque véhicule …

Une attention particulière est apportée au contrôle des dates de validité des vaccinations des techniciens, notamment en matière de risques d’infection liés au domaine de l’assainissement (leptospirose, …).

Les techniciens ayant à intervenir sur les installations électriques sont titulaires des habilitations électriques correspondantes à leurs niveaux d’intervention.

Les agents conducteurs d’engins sont titulaires des CACES 1 et 4 attestant de leur aptitude à exécuter des travaux avec une mini pelle ou un tractopelle en toute sécurité, ainsi que du CACES 7 pour la manœuvre d’une grue auxiliaire dans le cadre de la manutention des pièces les plus lourdes.

Ces engins font par ailleurs l’objet des contrôles périodiques réglementaires en matière de sécurité par un organisme externe agréé.

Les agents travaux sont munis de consignes de sécurité (travaux dans les tranchées, blindage, travaux avec engins de chantier, travaux au voisinage d’installations électriques, mise en place de signalisation, …).

Des formations internes, ou réalisées par des intervenants extérieurs, complètent la culture de la prévention des risques auprès du personnel de la SEMERAP.

La SEMERAP consigne également toutes les fiches techniques et les fiches de données de sécurité des produits chimiques qu’elle emploie. Toutes les structures de la SEMERAP disposent au minimum d’un exemplaire de ces documents.

L’environnement

La SEMERAP a inscrit dans ses objectifs de l’année 2014 le lancement d’une démarche environnementale visant l’obtention d’une certification ISO 14001 à terme.

Le concept de base de la norme ISO 14001 repose sur l’amélioration continue des performances environnementales.

Si la norme ne fixe pas d’exigence absolue en matière de performance environnementale, il n’en reste pas moins qu’il doit exister une exigence en terme d’engagement dans la politique de la Direction, ainsi qu’une obligation d’être en conformité avec la législation et les réglementations applicables.

Cette démarche va se dérouler en 6 étapes :

  1. Engagement de la Direction : la Direction démontre son engagement dans une mise en place progressive de la démarche environnementale ISO 14001.
  2. Conception du système de gestion : il convient à ce stade de démontrer sa capacité à développer un système de management environnemental en commençant l’identification des risques environnementaux et des textes réglementaires majeurs, en établissant un projet de politique de la direction en matière environnementale, en définissant le champ d’application de la future certification ISO 14001, en intégrant l’aspect environnement aux procédures qualité déjà existantes.
  3. Identification des risques, politique environnementale et objectifs : les démarches principales de l’étape précédente doivent être déployées sur le terrain, l’identification des risques environnementaux et des textes réglementaires doit être achevée, la politique environnementale ainsi que les objectifs et plans d’actions associés doivent être formalisés.
  4. Système documentaire : les thèmes « Ressources, responsabilités, autorités », « Compétence, sensibilisation, formation », « Communication » et « Maîtrise des documents et enregistrements » font l’objet d’un examen sur la base d’enregistrements formalisés.
  5. Maîtrise des risques : il convient de démontrer sur le terrain que les exigences concernant les thèmes « Maîtrise opérationnelle », « Surveillance et mesure + métrologie associée », « Situations d’urgence, pollutions, incidents » et « Evaluation de la conformité » sont mises en œuvre.
  6. Amélioration continue : Il convient enfin de démontrer que le système fonctionne et vise l’amélioration continue au travers des thèmes « Non conformités, actions correctives et préventives », « Audits internes » et « Revue de Direction ».

A l’issue de la sixième étape, la certification finale ISO 14001 est attribuée sous réserve de conformité aux différentes exigences.

Les atouts de cette démarche :

  • une meilleure maîtrise des questions environnementales dans le management global de l’entreprise au même titre que la qualité et la sécurité,
  • une meilleure structuration de la veille réglementaire,
  • une meilleure confiance de la part de la collectivité, des clients, des riverains, des associations de protection de l’environnement, mais aussi des assureurs,
  • une meilleure économie des consommations (énergie, réactifs) et des rejets de déchets,
  • une prévention des incidents et une minimisation de leurs impacts grâce aux actions mises en place,
  • une amélioration de l’image de l’entreprise.